Musée des Arts Contemporains de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Johan Muyle

No Room for Regrets

Le MACS organise une exposition rétrospective de l’artiste belge Johan Muyle.

Né en 1956 à Montignies-sur-Sambre, il se consacre à la sculpture dès le début des années 1980.
S’il commence par réaliser des sculptures d’assemblages avec des objets glanés sur les marchés aux puces et dans les greniers de notre société (statuettes religieuses, boîtes de biscuits, roues de bicyclettes, etc.), Johan Muyle y introduit rapidement la notion de mouvement par l’adjonction de systèmes motorisés qui les animent comme des automates bricolés.

De sa Mami Wata inspirée par une déesse aquatique africaine à ses peintures monumentales réalisées en collaboration avec les « cine banners painters » de Mumbai, l’imaginaire de Johan Muyle se nourrit de ses nombreux voyages en Afrique, en Inde et ailleurs à travers les croyances, les rituels et les images qu’il y découvre.
Ceux-ci alimentent également sa fascination pour l’altérité, sa soif d’humanisme et influencent l’esthétique de sa sculpture.

Curieux de tout, Johan Muyle ne cesse d’élargir le spectre de sa création, explorant autant de domaines que possible (sculptures, écriture d’aphorismes, installations monumentales, customisation de motos, etc.) afin de questionner « étaphoriquement et poétiquement » le monde qui l’entoure. La condition humaine, la guerre en Irak, la politique de Donald Trump, la radicalisation des religions ou encore l’absence de liberté dans notre société contemporaine n’échappent pas à son regard aiguisé et constituent le point de départ de nombreuses œuvres réalisées à partir de 2004.

En convoquant le regard et en suscitant les réactions du public (certaines œuvres nécessitent en effet une prise de décision active de la part du visiteur), Johan Muyle confronte le spectateur à son rôle au sein de la société et aux conséquences de ses actes. Rebelle dans l’âme, phénomène hors norme du monde de l’art, outsider, il poursuit depuis quelques années sa réflexion sur la sculpture en customisant des Harley Davidson qu’il envisage comme des objets sculpturaux à part entière, s’amusant du regard suspicieux des spécialistes du monde de l’art comme de celui des bikers.

Se qualifiant de « poor lonesone cowboy », Johan Muyle n’a de cesse d’attirer notre regard sur le monde qui nous entoure, de questionner le flux incessant des images qui nous parviennent pour en faire surgir le sens et peut-être nous guider ainsi sur le
chemin de la liberté de pensée.

No Room for Regrets est une exposition immersive qui entend plonger le visiteur dans l’œuvre totale et inclassable d’un artiste n’appartenant à aucune catégorie.